woensdag , 23 januari 2019
Breaking news
Home » Continuity » L’avenir de l’OBU – un boîtier de télépéage compatible EETS, unique et uniforme pour toute l’Europe

L’avenir de l’OBU – un boîtier de télépéage compatible EETS, unique et uniforme pour toute l’Europe

Le péage n’est pas une invention récente. On sait qu’il y fort longtemps, certaines tribus germaniques aidaient les voyageurs à passer les cols de montagne en échange d’une contrepartie financière. Mais, si par le passé la façon dont un pays finançait son réseau routier était déterminant pour savoir s’il levait ou non un péage, nous constatons depuis quelques années que les pays européens sont de plus en plus nombreux à décider de lever un péage spécialement destiné au transport de marchandises. Jusqu’en 1990, ce péage était acquitté au moyen de l’achat de vignettes ou d’un péage réglé aux terminaux. Depuis le début des années 1990, ces moyens de paiement ont rapidement été remplacés par des systèmes de paiement électronique.

 

 

 

 

 

 

Curieusement, chaque pays de l’Union européenne a choisi son propre système de péage électronique, avec pour résultat que ces systèmes ne sont pas compatibles entre eux. Les deux systèmes les plus connus sont les systèmes DSRC (Dedicated Short Range Communications ou Communications dédiées à courte portée), qui fonctionnent grâce à la technologie RFID (la radio-identification), et le système GNSS (Global Navigation Satellite System ou Système de positionnement par satellite), qui fait appel à la technologie GPS. Pour certains péages anti-congestion et tronçons spécifiques, tel que le tunnel de Blankenburg, le système retenu est celui du péage par reconnaissance des plaques minéralogiques. Certains pays, enfin, utilisent des vignettes électroniques pour lesquelles l’immatriculation et la période de validité sont enregistrées dans une base de données.

La prolifération d’unités embarquées dans les poids lourds, associée au fait que le règlement électronique du péage n’est souvent pas une option mais une obligation, fait qu’on se trouve face à une situation qui devient de plus en plus ingérable à chaque introduction d’un nouveau système de péage électronique. Chaque boîtier doit être installé, nécessite l’ouverture d’un compte et, bien entendu, chaque boîtier doit fonctionner convenablement. Tout cela se solde par une inefficacité certaine, des frais supplémentaires et des frustrations. Nous l’avons constaté plus récemment lors de la mise en place du télépéage en Belgique, en 2016.

Cette prolifération de systèmes électroniques et les différentes unités embarquées correspondantes sont depuis plusieurs années une préoccupation pour DKV Euro Service. Voici ce qu’en dit Gertjan Breij, le directeur général pour le Benelux : « Si nous voulons que nos clients prennent la route en toute tranquillité, le système doit être simplifié. Ces dernières années, nous avons tenté d’y parvenir d’une part, en regroupant un maximum de systèmes de paiement électronique en une seule OBU efficace, la DKV BOX SELECT. De l’autre, DKV a participé intensivement aux discussions concernant l’EETS (European Electronic Toll Services). » L’EETS est une directive, émise en 2009 par le Parlement européen, destinée à mettre en place à compter d’octobre 2012 l’interopérabilité du paiement électronique du péage. A plusieurs reprises, les délais fixés n’ont pas pu être respectés, car on butait sur des prescriptions européennes très strictes et des conditions-cadres souvent incompatibles.

 

 

 

 

 

 

Pourtant, ces dernières années, les pays ont réussi à se rapprocher en imaginant des solutions technologiques communes et des essais ont été effectués sur le terrain afin de réaliser un boîtier uniforme. Le boîtier unique, utilisable partout en Europe (l’EETS-box), est donc en passe de devenir une réalité. Et c’est ainsi que DKV Euro Service lancera en 2018 la DKV BOX EUROPE. Ce boîtier fonctionnera à partir d’une technologie hybride sans fil qui permettra d’enregistrer et de régler le péage tant par DSRC (Dedicated Short Range Communications) que par GNSS (Global Navigation Satellite System). Dans un premier temps, elle sera prête pour les systèmes de péage belge, allemand, autrichien, polonais et français, et parallèlement ou peu après, également pour les systèmes italien, portugais, espagnol et hongrois. A moyen terme, il sera possible de régler avec la DKV BOX EUROPE tous les péages européens, pour les réseaux routiers, les tunnels et les ponts. « Cette DKV BOX EUROPE répond aux tout dernières exigences de l’ensemble des Etats membres de l’Union européenne et pourra donc être utilisée partout en Europe. Contrairement à la plupart des boîtiers actuellement commercialisés, le boîtier satisfait à toutes les spécifications techniques en matière de règlements paneuropéens. Cela nous permettra d’éviter que la DKV BOX EUROPE doive déjà être remplacé à peine achetée », affirme Gertjan Breij, le directeur général de DKV Euro Service Benelux. « La DKV BOX EUROPE est déjà prête pour ses futures missions, comme par exemple l’analyse détaillée des données relatives aux véhicules. »

Check Also

Ministerraad stemt in met vrachtwagenheffing

        (dit bericht is afkomstig van de website van de Rijksoverheid) Het …

Geef een reactie

Het e-mailadres wordt niet gepubliceerd. Vereiste velden zijn gemarkeerd met *